Astrologie et psychologie : deux regards sur l’humain

Les détracteurs de l’astrologie se gêneront rarement pour vous donner une longue liste de toutes les raisons selon lesquelles « tout ça, c’est n’importe quoi !». Et cela, que l’on ait sollicité leur avis ou non ! La passion qu’ils y mettent est souvent en soi une force de la nature. Peut-être ont-ils connu par le passé des obsédés d’horoscopes ou de mystiques diseuses de bonne aventure… Cela expliquerait leur réticence à mieux comprendre cette discipline subtile et complexe. Car, si pour un horoscope publié dans un journal, une bonne tournure de phrase et quelques banalités suffisent, un astrologue sérieux pousse beaucoup plus loin que cela. L’astrologie ne vous dit pas nécessairement que le 21 de ce mois-ci, vous devriez jouer au loto. Au contraire, cet art brosse surtout des portraits d’humains. Ainsi on ne s’étonnera pas que plusieurs parallèles s’établissent facilement entre cette discipline et la psychologie.

Psychologue, astrologue: l’écart est-il infranchissable ?

Un psychologue étudie à l’université. Un astrologue, quant à lui, n’apparaît pas dans le registre des métiers et il est impensable d’imaginer décrocher un diplôme délivré par Harvard en la matière. Si toutefois vous habitez dans les parages de Nantes, vous pouvez vous inscrire à son Institut d’études astrologiques et obtenir une certification par ce biais. Autrement, les seules formations permettant de devenir astrologue tombent dans le domaine privé.

Si plusieurs se servent de cela pour dédaigner l’astrologie, il importe de remarquer que la place de la psychologie parmi la sphère de la science est elle aussi très souvent (et légitimement) débattue. On mentionne que la psychologie est vague, qu’elle se fie sur des interprétations humaines ; que dans le futur, on se fiera plutôt à la neuroscience, soit l’étude du cerveau, afin d’expliquer les comportements humains.

Sous cet angle, il ne semble pas que la psychologie et l’astrologie constituent deux sphères intactes de ressemblance. Au contraire, la psychologie devient l’extension de l’astrologie. L’astrologie étant en quelque sorte l’ancêtre de la psychologie moderne. D’ailleurs, les deux démarches répondent au même besoin. C’est-à-dire: trouver des réponses aux questions de nos vies personnelles.

Profils psychologiques et signes astrologiques

Selon votre date de naissance, un signe astrologique vous est attribué. Avec lui, une personnalité. Les taureaux sont têtus; le lion, rêveur; le scorpion, rusé… Les descriptions peuvent être très courtes et génériques ou plonger en détail dans les attributs de chaque signe. D’ailleurs, qu’une personne y croit ou non, elle connaîtra toutefois son signe et ses caractéristiques clés.

Du côté de la psychologie, on dresse aussi des profils psychologiques “prêts-à-porter”. On parlera de théorie des types, des tempéraments psychologiques, de profil affectif… L’introverti s’oppose à l’extroverti; la sensation forme un domaine différent de l’intuition et les contextes se mêlent pour former des archétypes distincts.

Ainsi, dans les deux camps, une même tendance, celle au regroupement d’attributs pour identifier les différentes personnalités sous le signe d’un archétype. Toutefois, en astrologie, cette personnalité est établie au moment de la naissance: les expériences que l’on fait adviennent parce que nous avons un tel type de personnalité. En psychologie, c’est le contraire: notre personnalité se forme selon les expériences, pas avant.

Tentatives collaboratives : quelle complémentarité entre les disciplines ?

Au-delà le scepticisme, les délires mystiques et les malentendus, y a-t-il une collaboration possible entre les deux domaines ? Peut-être bien.

Tandis que l’astrologue se concentre sur les circonstances de la naissance d’un individu pour calculer son signe, son ascendance et, par extension, sa personnalité, le psychologue cherche à cerner l’individu à travers ce que l’individu lui-même racontera de sa personne et de son passé. Des circonstances externes (naissances, positions des astres et “destin”) aux circonstances internes (enfance, cheminement de vie, conduite), la perspective d’analyse change du tout au tout. Cette question de l’astrologie et de la psychologie, sur bien des comptes, relance celle de la nature vs la culture et de la responsabilité individuelle. Mais que peuvent-elles faire l’une pour l’autre?

Nous pourrions nous contenter d’énoncer platement que, puisque différentes, ces approches se complémentent fortement, allant chacune chercher un différent public et une différente explication de nos fonctionnements profonds. Aller chez le psychologue conserve une connotation désagréable. Et pourtant, vouloir se connaître soi-même est un besoin millénaire – Socrate le conseillait avant même que Rome ne soit un empire! À ce besoin, l’astrologie offre un modèle mathématique qui ré-introduit l’humain en relation avec l’univers et avec les autres signes astrologiques.

En bref, l’astrologie et son étude de l’homme a ouvert la voie à la psychologie – et la réputation ambiguë des psychologues pousse certains à chercher en l’astrologie les ressources nécessaires à la compréhension de soi. La boucle est ainsi bouclée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *